Get Adobe Flash player

Homélie du dimanche de la divine Miséricorde

Homélie de Mgr Pierre Gaschy

du dimanche de la divine Miséricorde


Ecoutez l'homélie

Les disciples de Jésus étaient fortement ébranlés par sa mort atroce, car ils avaient construit leur vie, leur avenir, sur lui. De plus, au moment de sa passion et de sa mort, ils n’avaient pas eu le courage de rester avec lui, ils avaient fui. Un remords cuisant les ronge maintenant.

«Le soir du premier jour de la semaine, » c’est-à-dire le dimanche, le jour de la résurrection de Jésus, les disciples se sont rassemblés. Ils ont verrouillé les portes par peur de ceux qui s’en étaient pris à Jésus. La porte de notre cœur n’est-elle pas verrouillée parfois par peur de nous exposer aux moqueries si nous nous montrons un peu trop pratiquants, par peur de ceux dont on se méfie…? C’est dans cette situation de peur que Jésus les rejoint.

Il leur apporte ce dont ils avaient besoin : la paix. Il leur offre sa paix que rien ne peut troubler puisqu’elle est victorieuse des souffrances et de la mort. Ainsi, il leur accorde son pardon. En donnant sa paix, Jésus se donne lui-même, car il est la paix. Il est la miséricorde de Dieu pour nous.

Ensuite, il leur montre ses mains et son côté. Le corps blessé de Jésus, ses cicatrices sont le signe de sa vie donnée pour libérer chaque être humain de ses péchés, du mal qu’il a commis. La mort de Jésus et toute sa vie humaine sont pris en compte dans sa résurrection

Bien qu’ils l’avaient abandonné, Jésus continue à faire confiance à ses disciples. Il les envoie dans sa mission pour être messagers de paix et de réconciliation. «Comme le Père m’a envoyé, je vous envoie." A leur suite, nous sommes aussi chargés de cette mission.

Le geste de la paix que nous sommes invités à échanger lors de la messe est bien plus qu’une simple salutation. Ceux qui ont accueilli le Christ mort et ressuscité durant la messe donnent le Christ en partageant sa paix. C’est ainsi qu’ils contribuent à créer une communauté fraternelle, qu’ils la libèrent des aigreurs qui divisent. Et une communauté vraiment fraternelle tisse des liens de justice et de paix dans toute la société. Celui qui a reçu la paix du Christ ne peut pas la garder pour soi. Elle le pousse à en vivre, et à la partager.

La paix est une mission difficile à accomplir dans un monde où les guerres, les violences, les assassinats, les conflits de famille ou de voisinage… sèment tant de désespoir et de détresse. C’est pourquoi le Ressuscité répand son souffle sur ses disciples et leur dit «Recevez l'Esprit-Saint ». De même que dans le récit de la création du monde Dieu insuffla la vie à l’homme, de même le souffle du Christ donne l’Esprit-Saint qui libère l’homme du péché qui détruit la vie. «Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis. » L’Esprit-Saint est donné pour une mission de réconciliation et de vie. Il donne à chacun la force d’annoncer la paix et la miséricorde de Dieu. Si nous ne le faisons pas, personne d’autre ne le fera à notre place.

«Huit jours plus tard,» donc le dimanche suivant, les disciples se rassemblent de nouveau, et «Jésus vient au milieu d’eux. Il dit : ‘La paix soit avec vous !’» Décidément, les rendez-vous du Seigneur se font le dimanche. Lorsque les chrétiens se rassemblent, Jésus vient au milieu d’eux, et leur apporte la paix. La Parole de Dieu entendue et méditée, le corps du Christ partagé, la prière de la communauté, la paix donnée, permettent à la foi de chacun de grandir, et à la communauté paroissiale de se consolider. L’eucharistie (la messe) bien vécue construit la communauté. C’est ensemble que nous allons vers Dieu notre Père. Ceux qui ont participé à l’eucharistie dominicale deviennent messagers de la joie du Ressuscité.

Vivons la messe comme un rendez-vous d’amour avec le Seigneur Ressuscité. Soyons porteurs de sa joie, de sa paix, de sa miséricorde !



Aujourd'hui18
Hier40
Cette semaine257
Ce mois938
Total (depuis l'ouverture du site, le 19-03-2012)104440

Currently are 40 guests online


VCNT - Visitorcounter