Get Adobe Flash player

Homélie du 6è dimanche du T.O. "A"

Homélie de Mgr Pierre Gaschy

du 6è dimanche du T.O. "A"


Ecoutez l'homélie

Ce serait mal connaître Jésus que de s’imaginer qu’il veut corser la Loi, la rendre plus sévère. Il n’est pas venu pour sanctionner les gens, ni leur imposer une morale, ni durcir les exigences. Il est venu pour sauver le monde. Il voit que nous sommes tous victimes du mal que nous commettons ou que nous subissons, c’est pourquoi il panse nos plaies, nous guérit. Il ne guérit pas seulement le corps blessé et le cœur affligé par les injustices, mais il nous offre son amour, la vie-même de Dieu.

Il est venu accomplir la Loi, dit-il, en faire la loi de l’amour. «Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : tu ne commettras pas de meurtre… Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère, en répondra au tribunal…» A plusieurs reprises, Jésus reprend : « Vous avez appris qu’il a été dit… Eh bien ! moi je vous dis… » Jésus sais que l’amour seul est créateur d’avenir, car lui seul est capable de briser la spirale de la vengeance, de la violence. Aussi, désire-t-il que l’amour de Dieu remplisse notre cœur dès maintenant, qu’il nous offre un avenir divin.

L’Evangile est le chant d’amour de Dieu pour chaque personne humaine. Au cœur l’Evangile il y a Dieu, Dieu en souci de tout être humain. Ce qui nous blesse, blesse aussi Dieu qui nous aime.

L’Evangile nous montre la délicatesse de Jésus auprès des malades, sa bonté, son humanité à l’égard des pécheurs, de ceux qui sont méprisés par les autres. Il risque sa vie pour défendre la femme adultère dont parle l’évangile, pour guérir une pauvre veuve courbée un jour de sabbat, alors que cela était strictement interdit. (Mc 2,27). Aussitôt, les défenseurs de la Loi se concertent dans l’intention de le faire mourir. Si nous savions mettre un peu plus de la tendresse de Jésus dans nos relations, la vie serait plus belle. Souvent, une parole de soutien, d’encouragement qui relève, contribuerait à donner un souffle nouveau à notre famille, à notre voisinage, à notre paroisse. Nous sommes invités à une conversion.

Contrairement à Jésus qui voit la grandeur de chaque personne, même de celles qui ne sont pas recommandables, nous nous arrêtons à l’extérieur, au caractère parfois retors, au passé pas toujours brillant de la personne. Dans cet évangile, Jésus nous demande d’éteindre le feu des critiques malveillantes, de la colère, avant qu’elles n’évoluent en haine. Il y a des paroles qui fanatisent, qui tuent. Des centaines de jeunes français qui se sont laissés envenimer par une idéologie de haine sont partis au jihad en Syrie. Il y a aussi des paroles qui dépriment. Que de personnes dont la santé est ruinée à cause de certaines relations désastreuses ! Que de souffrances pourraient être évitées ! Qui n’a jamais dit de parole qu’il a regrettée plus tard ? Nous sommes invités à une conversion.

Une merveilleuse offrande qui fait plaisir à Dieu et qui sème la joie est celle de notre réconciliation avec les autres lorsque nous avons dérapé ou lorsque les autres nous ont blessés. «Â Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. » Jésus ne dit pas si tu es en colère contre ton frère, mais si tu te souviens que ton frère est fâché contre toi, alors cherche à arranger cette situation au plus vite, et ta prière sera de qualité. La pratique religieuse ne se vit pas seulement à l’église, ou durant nos moments de prière, mais à chaque instant de notre vie. Nous sommes invités à une conversion.

Plaçons notre vie devant Dieu dans la prière, et mettons dans notre vie l’amour de Dieu reçu dans la prière.



Aujourd'hui10
Hier38
Cette semaine86
Ce mois1003
Total (depuis l'ouverture du site, le 19-03-2012)100205

Currently are 34 guests online


VCNT - Visitorcounter